Hymne National du Guatemala

Les paroles de l’hymne national guatémaltèque

Guatemala Feliz

¡Guatemala Feliz…! que tus aras
no profane jamás el verdugo;
ni haya esclavos que laman el yugo
ni tiranos que escupan tu faz.

Si mañana tu suelo sagrado
lo amenaza invasión extranjera,
libre al viento tu hermosa bandera
a vencer o a morir llamará.

Libre al viento tu hermosa bandera
a vencer o a morir llamará;
que tu pueblo con ánima fiera
antes muerto que esclavo será.

De tus viejas y duras cadenas
tú forjaste con mano iracunda,
el arado que el suelo fecunda
y la espada que salva el honor.

Nuestros padres lucharon un día
encendidos en patrio ardimiento,
y lograron sin choque sangriento
colocarte en un trono de amor.

Y lograron sin choque sangriento
colocarte en un trono de amor,
que de patria en enérgico acento
dieron vida al ideal redentor.

Es tu enseña pedazo de cielo
en que prende una nube su albura,
y ¡ay! de aquel que con ciega locura
sus colores pretenda manchar.

Pues tus hijos valientes y altivos,
que veneran la paz cual presea,
nunca esquivan la ruda pelea
si defienden su tierra y su hogar.

Nunca esquivan la ruda pelea
si defienden su tierra y su hogar,
que es tan sólo el honor su alma idea
y el altar de la patria su altar.

Recostada en el ande soberbio,
de dos mares al ruido sonoro,
bajo el ala de grana y de oro
te adormeces del bello Quetzal.

Ave indiana que vive en tu escudo,
paladión que protege tu suelo;
¡ojalá que remonte su vuelo,
más que el cóndor y el águila real!

¡Ojalá que remonte su vuelo,
más que el cóndor y el águila real,
y en sus alas levante hasta el cielo,
Guatemala, tu nombre inmortal!

Le Guatemala heureux

Heureux Guatemala ! Que le bourreau
ne profane jamais tes autels
ni qu’il y ait d’esclaves qui lèchent le joug
ni de tyrans qui te crachent à la face.

Si une invasion étrangère
menace demain ton sol sacré,
flottant au vent, ton beau drapeau
invitera à vaincre ou à mourir.

Flottant au vent, ton beau drapeau
invitera à vaincre ou à mourir,
car ton peuple à l’âme féroce
sera mort plutôt qu’esclave.

Avec tes vieilles chaînes dures,
tu forgeas, d’une main courroucée,
la charrue qui féconde le sol
et l’épée qui sauve l’honneur.

Nos pères luttèrent un jour,
enflammés par une ardeur patriotique,
et réussirent, sans affrontement sanglant,
à te placer sur un trône d’amour.

Et réussirent, sans affrontement sanglant,
à te placer sur un trône d’amour,
car de patrie avec énergie
ils donnèrent vie à l’idéal rédempteur.

Ton drapeau est un morceau de ciel
où un nuage saisit sa blancheur,
et gare à celui qui, par une aveugle folie,
prétendra tacher ses couleurs,

Car tes fils fiers et courageux,
qui vénèrent la paix comme un joyau,
ne se soustraient jamais à la rude bataille
s’ils défendent leur terre et leur foyer.

Ne se soustraient jamais à la rude bataille
s’ils défendent leur terre et leur foyer,
tant leur âme ne conçoit que l’honneur,
car l’autel de la patrie est le leur.

Appuyé sur les Andes superbes,
au bruit sonore de deux mers,
tu t’endors sous l’aile or et écarlate
du beau quetzal,

Oiseau indien qui vit sur tes armoiries,
palladium qui protège ton sol.
Qu’il s’élève plus haut
que le condor et l’aigle royal !

Qu’il s’élève plus haut
que le condor et l’aigle royal
et que, sur ses ailes, il porte au ciel,
Guatemala, ton nom immortel !

L’hymne national guatémaltèque « Le Guatemala heureux » a été écrit par José Joaquín Palma et composé par Rafael Álvarez Ovalle.

La devise du Guatemala: Liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *