Hymne National des Etats-Unis

Les paroles de l’hymne national américain

The Star-Spangled Banner

Oh say, can you see by the dawn’s early light
What so proudly we hail’d at the twilight’s last gleaming?
Whose broad stripes and
bright stars thro’ the perilous fight,
O’er the ramparts
we watch’d were so gallantly streaming?
And the rocket’s red glare,
the bombs bursting in air
Gave proof thro’ the night
that our flag was still there.
Oh, say does that star-spangled banner yet wave
O’er the land of the free and the home of the brave?

On the shore, dimly seen through the mists of the deep
Where the foe’s haughty host
in dread silence reposes,
What is that which the breeze, o’er the towering steep,
As it fitfully blows, half conceals, half discloses?
Now it catches the gleam of the morning’s first beam,
In full glory reflected
now shines in the stream
Tis the star-spangled banner! Oh long may it wave
O’er the land of the free and the home of the brave.

And where is that band who so vauntingly swore
That the havoc of war and the battle’s confusion,
A home and a country should leave us no more!
Their blood has washed out of their foul footsteps’ pollution.
No refuge could save the hireling and slave
From the terror of flight and the gloom of the grave
And the star-spangled banner in triumph doth wave
O’er the land of the free and the home of the brave.

Oh! thus be it ever,
when freemen shall stand
Between their loved home and the war’s desolation!
Bles’t with victory and peace, may the heav’n rescued land
Praise the Power that hath made and preserved us a nation.
Then conquer we must, when our cause it is just,
And this be our motto: « In God is our trust ».
And the star-spangled banner in triumph shall wave
O’er the land of the free and the home of the brave.

La Bannière étoilée

Oh, dites-moi, pouvez-vous voir dans les lueurs de l’aube
Ce que nous acclamions si fièrement au crépuscule ?
Ces larges bandes et ces brillantes étoiles,
que durant la terrible bataille,
Au sommet de nos remparts
nous regardions flotter si fièrement ?
Et l’éclat rouge des fusées,
et les bombes explosant dans les airs,
Nous prouvaient à chaque instant de la nuit
que notre drapeau était toujours là.
Oh, dites-moi, est-ce que la bannière étoilée flotte encore
Sur la terre de la Liberté et la patrie des braves ?

Sur nos côtes, cachées par les brumes épaisses,
Où les orgueilleuses armées ennemies reposent
dans un silence de mort,
Qu’est-ce que cette brise intermittente, le long du versant,
Nous dévoile et nous cache ?
À présent elle capture l’éclat du premier rayon de soleil,
Nous le renvoie dans toute sa gloire,
maintenant elle brille dans le vent
C’est la bannière étoilée ! Oh puisse-t-elle longtemps flotter
Sur la terre de la Liberté et la patrie des braves.

Et où est cette horde qui jurait dédaigneusement
Que les foudres de la guerre et la désolation des combats
Ne nous laisseraient ni terre ni patrie !
Leur sang a purifié la terre qu’ils ont foulée.
Aucun refuge n’a pu sauver leurs mercenaires et leurs esclaves
De la terrible déroute et de la misère de la tombe
Et la bannière étoilée dans son triomphe flotte
Sur la terre de la Liberté et la patrie des braves.

Oh ! Qu’il en soit toujours ainsi,
que les hommes libres protègent
Leur patrie chérie des désolations de la guerre !
Bénie par la victoire et la paix, que la patrie protégée par le ciel
Loue le Puissant qui a créé et préservé notre nation.
Alors nous vaincrons, car notre cause est juste,
Et ce sera notre devise : “En Dieu est notre foi”.
Et la bannière étoilée dans son triomphe flottera
Sur la terre de la Liberté et la patrie des braves.

L’hymne national américain « La Bannière étoilée » a été écrit par Francis Scott Key et composé par John Stafford Smith.

La devise des Etats-Unis : En Dieu nous avons confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *