Hymne National de l’Equateur

Les paroles de l’hymne national équatorien

Salve, Oh Patria

Indignados tus hijos del yugo
Que te impuso la ibérica audacia,
De la injusta y horrenda desgracia
Que pesaba fatal sobre ti,
Santa voz a los cielos alzaron,
Voz de noble y sin par juramento,
De vengarte del monstruo sangriento,
De romper ese yugo servil.

Refrain
¡Salve oh Patria, mil veces! ¡Oh Patria!
¡gloria a ti! Ya tu pecho rebosa
gozo y paz, y tu frente radiosa
más que el sol contemplamos lucir.

Los primeros los hijos del suelo
Que, soberbio el Pichincha decora
Te aclamaron por siempre señora
Y vertieron su sangre por ti.
Dios miró y aceptó el holocausto,
Y esa sangre fue germen fecundo
De otros héroes que, atónito, el mundo
Vio en tu torno a millares surgir.

De esos héroes al brazo de hierro
Nada tuvo invencible la tierra,
Y del valle a la altísima sierra
Se escuchaba el fragor de la lid;
Tras la lid la victoria volaba,
Libertad tras el triunfo venía,
Y al león destrozado se oía
De impotencia y despecho rugir.

Cedió al fin la fiereza española,
Y hoy, ¡oh Patria!, tu libre existencia
Es la noble y magn¡fica herencia
Que nos dio, el heroísmo feliz;
De las manos paternas la hubimos,
Nadie intente arrancárnosla ahora,
Ni nuestra ira excitar vengadora
Quiera, necio o audaz, contra sí.

Nadie, oh Patria, lo intente. Las sombras
de tus héroes gloriosos nos miran
Y el valor y el orgullo que inspiran
Son augurios de triunfos por ti.
Venga el hierro y el plomo fulmíneo,
Que a la idea de guerra, y venganza
Se despierta la heroica pujanza
Que hizo al fiero español sucumbir.

Y si nuevas cadenas prepara
La injusticia de bárbara suerte,
Gran Pichincha! prevén tú la muerte
De la patria y sus hijos al fin;
Hunde al punto en tus hondas extrañas
Cuanto existe en tu tierra, el tirano
huelle sólo cenizas y en vano
busque rastro de ser junto a ti.

Nous te saluons, Oh Patrie

Révolté vos enfants du joug
Cela vous a imposé l’audace ibérique,
De l’injuste et terrible malheur
Ce qui a pesé lourdement sur vous,
Ils se sont élevés vers les cieux d’une voix sacrée,
La voix d’un serment noble et sans pareil,
Pour se venger du monstre sanglant,
Pour briser ce joug servile.

Refrain
Je vous salue mille fois, ô Patrie !
Gloire à vous ! Votre poitrine déborde déjà
la joie et la paix, et votre front radieux
plus que le soleil que nous contemplons pour briller.

Les premiers sont les enfants du sol
Cela, superbe le Pichincha décore
Ils vous ont toujours encouragée, madame.
Et ils ont versé leur sang pour vous.
Dieu a regardé et accepté l’holocauste,
Et ce sang était un germe fertile
D’autres héros qui, étonnés, le monde
Il a vu des milliers d’entre eux émerger de votre roue.

De ces héros au bras de fer
Rien sur terre n’était invincible,
Et de la vallée à la plus haute montagne
On pouvait entendre le grondement du combat;
Après le combat, la victoire s’est envolée,
La liberté après le triomphe arrivait,
Et la tête du lion a été brisée et on pouvait entendre
De l’impuissance et de la rancune rugissent.

La férocité espagnole a finalement cédé le pas,
Et aujourd’hui, ô Patrie, ta libre existence
C’est le noble et magnifique héritage
Cela nous a donné, l’héroïsme heureux;
De la main paternelle, nous l’avions,
Personne ne va essayer de nous l’arracher maintenant,
Ni notre colère suscitant la vengeance
Qu’il le veuille, bêtement ou audacieusement, contre lui-même.

Que personne, ô Patrie, n’essaie. Les ombres
de vos glorieux héros nous regardent
Et le courage et la fierté qu’ils inspirent
Ce sont des présages de triomphe pour vous.
Venez le fer et le plomb, fulminez,
Qu’à l’idée de guerre, et de vengeance
La force héroïque s’éveille
Cela a fait succomber le féroce Espagnol.

Et si de nouvelles chaînes se préparent
L’injustice de la chance barbare,
Grand Pichincha ! Prévoyez-vous la mort
La patrie et ses enfants enfin;
Couler à pic dans vos étranges frondes
Autant qu’il existe dans votre pays, le tyran
ne sentent que les cendres et en vain
chercher une trace de votre présence.

L’hymne national équatorien « Nous te saluons, Oh Patrie » a été écrit par Juan León Mera et composé par Antonio Neumane.

L’Equateur n’a pas de devise officielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *