Hymne National du Chili

Les paroles de l’hymne national du Chili

Himno Nacional de Chile

Ha cesado la lucha sangrienta;
ya es hermano el que ayer invasor;
de tres siglos lavamos la afrenta
combatiendo en el campo de honor.
El que ayer doblegábase esclavo
hoy ya libre y triunfante se ve;
libertad es la herencia del bravo,
la Victoria se humilla a su pie.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Alza, Chile, sin mancha la frente;
conquistaste tu nombre en la lid;
siempre noble, constante y valiente
te encontraron los hijos del Cid.
Que tus libres tranquilos coronen
a las artes, la industria y la paz,
y de triunfos cantares entonen
que amedrenten al déspota audaz.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Vuestros nombres, valientes soldados,
que habéis sido de Chile el sostén,
nuestros pechos los llevan grabados;
los sabrán nuestros hijos también.
Sean ellos el grito de muerte
que lancemos marchando a lidiar,
y sonando en la boca del fuerte
hagan siempre al tirano temblar.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Si pretende el cañón extranjero
nuestros pueblos, osado, invadir;
desnudemos al punto el acero
y sepamos vencer o morir.
Con su sangre el altivo araucano
nos legó, por herencia, el valor;
y no tiembla la espada en la mano
defendiendo, de Chile, el honor.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Puro, Chile, es tu cielo azulado;
puras brisas te cruzan también,
y tu campo, de flores bordado
es la copia feliz del Edén.
Majestuosa es la blanca montaña
que te dio por baluarte el Señor,
y ese mar que tranquilo te baña
te promete futuro esplendor.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Esas galas, ¡oh, Patria!, esas flores
que tapizan tu suelo feraz,
no las pisen jamás invasores;
con tu sombra las cubra la paz.
Nuestros pechos serán tu baluarte,
con tu nombre sabremos vencer,
o tu noble, glorioso estandarte,
nos verá, combatiendo, caer.

Dulce Patria, recibe los votos
con que Chile en tus aras juró:
Que, o la tumba serás de los libres,
o el asilo contra la opresión.

Hymne national du Chili

La lutte sanglante a pris fin
L’envahisseur d’hier est désormais un frère
De trois siècles nous avons lavé la honte
en combattant au champ d’honneur.
Celui qui hier se pliait à l’esclavage
aujourd’hui, est enfin libre et triomphant;
La liberté est l’héritage des braves,
La victoire s’incline à ses pieds.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

Dresse-toi, Chili au front pur;
Tu as gagné ton nom au combat ;
toujours noble, constant et courageux
Les enfants du Cid t’ont trouvé.
Que tes batailles couronnent tranquillement
les arts, l’industrie et la paix,
Et que s’entonnent des chants de triomphe
pour intimider le despote audacieux.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

Vos noms, vaillants soldats,
Qui ont été le pilier du Chili,
Nos cœurs les gardent gravés;
Nos enfants les connaissent aussi.
Qu’ils soient le cri de la mort
Qui nous libère quand nous marchons au combat
Et résonnant dans la bouche des forts
fassent toujours trembler le tyran.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

Si le canon étranger prétend,
téméraire, envahir nos villages,
Dégainons sans tarder
Et sachons vaincre ou mourir.
Avec son sang, le fier Araucan
nous a légué le courage en héritage,
et l’épée ne tremble pas dans nos mains
en défendant l’honneur du Chili.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

Chili, pur est ton ciel bleuté;
pures aussi sont les brises qui te survolent,
et tes campagnes bordées de fleurs
sont la copie joyeuse de l’Éden.
Majestueuse est la montagne blanche
que le Seigneur t’a donné comme place forte,
et cette mer qui te baigne tranquillement
te promet la splendeur future.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

Ces atours, ô patrie, ces fleurs
qui recouvrent ton sol fertile,
ne seront jamais piétinées par les envahisseurs
avec ton ombre qui les couvre de paix.
Notre sein sera ta forteresse,
Avec ton nom nous apprendrons à vaincre,
ô toi, glorieuse bannière
et nous verrons la fin des combats.

Chère patrie, accepte notre dévotion
avec laquelle le Chili a juré sur tes autels
que tu seras la tombe des hommes libres,
ou l’asile contre l’oppression.

L’hymne national du Chili a été écrit par Eusebio Lillo et composé par Ramón Carnicer.

La devise du Chili : Par la raison ou par la force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *